Asie du Sud-Est / Récits de voyage

Malaisie (1/2) : bouillonnante KL et rafraîchissants Cameron Highlands

Mardi 21 août 2018…. après des jours et semaines à pointer la liste de mes affaires, à retirer puis rajouter une paire de chaussettes ou un tee-shirt… enfin je boucle mon sac !

Direction Charles de Gaulle ! Mon avion décolle à 21h30… 7h de vol, une escale à Oman, et de nouveau 7h de vol plus tard, me voilà à Kuala Lumpur !!!

Premier pays de mon tour du monde : l’accueillante Malaisie ! Dès la sortie de l’aéroport, la chaleur et le bruit des scooters m’assaillent ! Bienvenue en Asie.

 

Kuala Lumpur : capitale bouillonnante

Je commence mon séjour par 2 jours dans la capitale. C’est grisant de me dire que çà y est, je suis enfin partie !!! Mon rêve se réalise… et je suis à Kuala Lumpur en Asie !!!

Entre la fatigue du voyage, et la chaleur de la ville, je fais une petite insolation la première nuit… il va falloir s’habituer à la chaleur et boire plus !!! Est-ce que le jus de mangue compte dans l’hydratation quotidienne ? On va dire que oui 😉

 

Me baladant à pied et en métro, je fais les sites touristiques classiques de la ville :

  • la tour KL qui domine la ville,
  • le quartier chinois,
  • les tours Petronas, symboles de la ville. Le soir, c’est illuminé et les habitants se baladent tranquillement ;
  • une balade dans un parc arboré, îlot de verdure au milieu des immeubles… comment cette végétation se développe-t-elle dans cette jungle urbaine ?? Il y a un chemin en bois dans les arbres, au niveau de la canopée pour observer les oiseaux et les arbres.

 

La nourriture est bonne… un peu épicée parfois ! Il y a un mélange de cuisine Malaise, Indienne et Chinoise… comme je vais avoir la chance de le constater pendant ce premier mois de voyage.

C’est bruyant et difficile de se repérer, et il fait une chaleur étouffante dans cette grande ville, aussi, je ne m’attarde pas et préfère rapidement rejoindre la fraîche et verdoyante campagne…

 

Les Cameron Highlands : la fraîcheur de la campagne… touristique

Les transports sont bien organisés en Malaisie. De confortables bus relient les villes principales, et à 5h de bus de Kuala Lumpur, me voici donc à Tanah Rata, lieu de villégiature pour les week-ends de la classe moyenne Malaise sur les plateaux montagneux (1400m).
Au moins ici, on respire un peu plus !
La ville vit du tourisme, des plantations de thé et des cultures de fraises.

Avec 3 français rencontrés dans le bus, nous faisons une journée d’excursion à la découverte des activités locales.

 

La culture du thé

Ce sont les Britanniques qui implantèrent ces plantations de thé il y a environ 80/90 ans. La plantation de thé de la maison BOH (Best Of Highlands), 400 ha et 4 millions de kg de thé par an, appartient encore à la famille Ecossaisse Russel.
Les Malaisiens ne souhaitant pas travailler dans ces plantations, ce sont donc des immigrés (Inde, Bengladesh…) qui sont (sous)-employés pour la récolte, logés sur place pour des contrats de 5 ans.

Même si le lieu est touristique, les paysages sont particulièrement beaux…

 

 

La récolte des feuilles (jeunes feuilles du dessus) a lieu toutes les 3 semaines environ et est de plus en plus mécanisée (rendement multiplié par 10). Puis, à l’usine, les feuilles subissent les traitements suivants :

  • Deshydratation, pour éviter la moisissure des feuilles, en insufflant de l’air chaud pendant 12 à 20h ;
  • Enroulement et découpe des feuilles, à l’aide d’une machine,
  • Fermentation qui permet de développer le goût, l’arôme et la couleur particulière du thé. Cette étape doit être particulièrement contrôlée ;
  • Séchage, pour stopper la fermentation ;
  • Et enfin tri selon la qualité des feuilles (entières, fibres…)

 

La forêt moussue

Nous continuons notre découverte par une petite balade dans la forêt moussue (Mossy forest) à quelques km de la ville. La mousse recouvre le sol, les roches et les arbres dans cette forêt humide. Notre guide nous explique l’importance de cette mousse, qui capte l’humidité des nuages qui s’accrochent dans les collines et c’est ce qui permet d’avoir de l’eau dans toute la région.

Tous les tours opérateurs s’arrêtant ici, nous ne sommes pas seuls sur le sentier en bois aménagé… mais nous découvrons quelques plantes sympas : du gingembre en fleur, des Népenthès (plante carnivore qui attire les insectes)…

 

 

Les plantations de fraises et autres légumes

Le climat constant se prête bien aux cultures de fruits ou légumes.
Un hollandais a installé une grande plantation de fraises, en hors sol sur un substrat composé de fibre de noix de coco avec un apport en eau au goutte à goutte. Il semble que la culture se fasse sans produits chimiques…

Des cultures de tomates, de salades et de fleurs sont également implantées. Malheureusement, l’utilisation d’engrais et de pesticides a contaminé la rivière qui est maintenant impropre pour la population.
Bien que ces cultures représentent un revenu pour de nombreuses familles, c’es triste de voir les serres se développer au détriment de la forêt…

 

Serre aux papillons et autres bêbêtes…

Nous faisons un petit tour dans la serre aux papillons, et notre guide se fait un plaisir de nous présenter ses amis : phasmes et serpents !

 

A la recherche de la Rafflesia

Le lendemain, je pars avec un autre tour opérateur pour une journée d’excursion à la recherche de Rafflesia, la plus grosse fleur du monde ! J’ai déjà entendu parler de cette fleur qui ne se trouve qu’en Malaisie et Indonésie… je ne pouvais pas manquer cette occasion !
Nous partons en 4×4 pour 1h30 de route, qui devient plutôt un chemin pentu et rocailleux sur la fin.
Puis c’est parti pour une bonne heure de marche dans la forêt. Nous longeons les tuyaux d’approvisionnement en eau, entre la rivière et les exploitations maraîchères.

Et enfin, au détour d’une racine d’arbre… le Saint Graal… LA fleur !!!
C’est vrai quelle est costaud quand même ! Par contre, elle a aussi la réputation d’être particulièrement nauséabonde (pour attirer les insectes qui vont la polliniser), mais je trouve que çà ne sent pas tant que çà.

Cette fleur est en fait un champignon géant, qui vit dans le sol sous forme de mycélium, parasitant une plante spécifique. De temps en temps, une fleur décide de sortir… et elle met alors 8 à 9 mois pour se développer. Quand elle fleurit, elle ne s’offre que 7 petits jours avant de dépérir… d’où la difficulté à l’observer au milieu de la forêt. Autant dire que sans guide, c’est impossible !

 

Bilan des 10 premiers jours de mon voyage : tout va bien !

La Malaisie est un pays simple et sûr pour commencer ce tour du monde.
Les gens sont gentils et parlent correctement anglais, les transports sont bien organisés entre les grandes villes, je trouve mes hébergements facilement au fur et à mesure, je rencontre des voyageurs/euses sympas dans les guesthouses, la nourriture est variée et délicieuse et je ne suis pas malade !

 

Prochaine destination : la presqu’île de Penang au nord ouest de la Malaisie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *